Archi

About Oscar Niemeyer

Marcel Gautherot at the European Photo Galery in Paris ; photographies show Oscar Niemeyer work in Brasilia. Concrete buildings seam to land in the desert like giant space invadors from a science fiction movie. Gautherot’s pictures are expressing such a subtle knowledge in architecture. Our look follows the perspective, it’s an intriguing timelapse. When observing the futuristic appearance of the buildings, I wondered if they got damaged or stayed as white as they are now.

Exposition Marcel Gautherot à la MEP dont les photos font aussi découvrir l’œuvre d’Oscar Niemeyer à Brasilia. Environnement de béton qui semble surgir dans le désert tels des engins extraterrestres echappés d’un film de SF. Les photos de Gautherot étaient remarquables et témoignaient d’une subtile connaissance de l’architecture. L’œil est emporté par les fuites de la perspective, il voyage dans le passé avec le photographe. En observant la blancheur, l’avant-gardisme de ces grands ensembles, on ne peut s’empêcher de se demander comment les bâtiments ont-ils subi l’épreuve du temps.

img_0277

img_0278

img_0279

img_0281

img_0283

img_0284

To better approach Niemeyer’s work, I visited the Home of the French Communist Party in Paris, built between 1965 and 1980. I had been caught up by a documentary that I like a lot, Architectures, that described the building entirely. The large conference room is as impressive as I imagined it. I found myself in a space that reminded me the UNESCO headquarters. Concrete architecture, leather chairs, wooden separations, vintage cafeteria, everything here reminds me my childhood and the idea I had of workspace in 1984.

Pour observer l’œuvre de Niemeyer de plus près j’ai profité des Journées du Patrimoine pour visiter la Maison du Parti Communiste Français à Paris. J’avais été fascinée par un documentaire de la série Architectures qui décryptait le bâtiment et ces usages. La grande salle de conférence est aussi impressionnante qu’on se l’imagine. Je me retrouve une nouvelle fois dans un espace qui me rappelle le siège de l’UNESCO. Architecture en béton, banquettes en cuir, lambris et claustras en bois, cafétéria vintage, tout me rappelle mon enfance et l’idée que je me faisais du monde du travail en 1984.

img_1067

img_1076

img_1081-2

img_1082

img_1086

img_1090

img_1092

img_1094

img_1098-v2

img_1100

A propos d’Oscar Niemeyer / About Oscar Niemeyer

A propos de Marcel Gautherot / About Marcel Gautherot

A propos de Brasilia / About Brasilia

A propos du siège du parti communiste / About the Communist Party headquarters : le documentaire Architectures


Vitra Campus

It’s been a shock that we all felt, we were missing words to describe the horror of November 13 and the nature of destruction of some foolish that no body understands because destruction is not a component of the human race. I don’t pretend to be a philosopher but thankfully the world is made of builders and we can thank them to make the world works. In the Vitra campus, I saw work of arts from the best builders of our generation; I want to share them because that is the purpose of my presence on this space. To continue to prove that Humanity builds and Humanity creates our progressing world.
The campus history is surprising. In 1981, most of the production site in Weil am Rhein located between the mountains and the countryside and far away from civilization has been destroyed by a fire. The Vitra family had to restart everything from scratch but as the symbol of Design, they decided to ask the most distinguished architects to reinvent the buildings and establish a place that is unique.

Les récentes horreurs auxquelles nous avons assisté, impuissants, montrent à quel point certains s’acharnent à démolir sous prétexte d’idéaux que personne ne comprend parce que la démolition n’est pas de nature humaine. Je ne me prétends pas philosophe mais le monde est heureusement fait de bâtisseurs et c’est grâce à eux qu’il tourne. Dans le campus Vitra, j’ai côtoyé les œuvres de bâtisseurs ; je veux les partager car c’est la raison de ma présence sur cet espace. Pour continuer à montrer que l’Homme construit et enrichit notre monde. 
L’histoire architecturale du campus est étonnante. En 1981, un incendie détruit presque la totalité du site de production de Vitra à Weil am Rhein situé entre les montagnes, la campagne et loin des installations urbaines. Il faut tout reconstruire mais Vitra étant l’emblème du design, la famille décide de faire appel aux architectes les plus renommés pour repenser les bâtiments et faire de ce site un lieu unique. 

My favorite building in the campus is the fire station created by Zaha Hadid in 1993. It was built to prevent any other potential risk of fire. From the inside, I cannot help me thinking how all this stands with a curved concrete roof and one supporting wall. The guide explains a theory holding a folded piece of paper, showing pillars here and there, confrontation between engineers and architects, a woman that fought for her project (and her calculations) and who finally received the Pritzker price in 2004, r.e.s.p.e.c.t.

L’un des bâtiments qui m’a le plus marquée c’est la caserne de pompiers réalisée par Zaha Hadid en 1993. Elle fut construite pour répondre au besoin potentiel d’intervention rapide sur le site. De l’intérieur, on se demande comment le bâtiment tient avec une toiture en béton incurvée et seulement un mur porteur. Le guide nous explique une histoire de feuille pliée à l’envers, des piliers là et là, des disputes entre ingénieurs et architectes, une femme qui se bat pour son projet (et ses calculs) et qui reçut le Pritzker price en 2004, respect.  

IMG_7621

IMG_7622

IMG_7625

IMG_7628

IMG_7629

IMG_7630

IMG_7638

The next incredible edifice I visited is the conference center made by Tadao Ando. Interestingly, the architect’s main concern was to skip cutting trees on the construction site. His philosophy is that humans should embrace nature and do with it and not without. However a few meters away, Frank Gehry did not have the same intention when building the design museum and one of the production sites. No matter the nature, the most important is the masterpiece.

L’autre édifice incroyable est celui de Tadao Ando qui fut bâti dans le plus grand respect de la nature. L’intrigante perspective de travers s’explique par la volonté de l’architecte de contourner les arbres pour ne pas les arracher. Le bâtiment sert de salle de conférence, on y trouve une sérénité naturelle chère à Tadao Ando. Inversement, Franck Gehry ne s’est pas imposé les même contraintes en installant le musée du design et le site de production qui se situent à quelques mètres. Comme toutes ses œuvres, ces bâtiments sont des prouesses architecturales, en particulier le musée du design.

IMG_7651

IMG_7657

IMG_7660

IMG_7659
IMG_7661

Vitra Showroom is located in the building designed by Herzog & de Meuron which consists of a pile of houses with a plain window facing different directions to play with the outside light. When I entered the space I had a balanced feeling created by some sort of envy and exclusion, same as when you walk along big yachts in the harbor. That being said, imagination has its advantage that you can pick up ideas, colors and lights to bring them and reproduce a similar personal beauty elsewhere.

Le showroom est installé dans l’œuvre de Herzog & de Meuron ; ce sont ces fameuses maisons empilées que l’on voit dans tous les livres d’architecture. J’ai pénétré dans cet espace hors du commun et ressenti à la fois un sentiment d’exclusion et d’envie similaire à celui que l’on a quand on voit de jolis bateaux dans le port. Fort heureusement, ce sentiment n’est pas en opposition à celui de l’inspiration. Ces tableaux de la vie quotidienne laissent dans ma mémoire des idées de couleur, de jeu d’ombres et de lumières comme une poésie d’images que j’emporte avec moi.

IMG_7612

IMG_7663

IMG_7664

IMG_7672

Contact & horaires d’ouverture:

Pour en savoir plus : http://www.design-museum.de/en/information/vitra-campus.html

Pour y aller :

Charles-Eames-Str. 2
D-79576 Weil am Rhein
+49 (0)7621 702 3500
vitrahaus@vitra.com
Lun-dim: 10-18h

Pour lire l’oeuvre d’autres bâtisseurs :

  • “Les pierres sauvages” Fernand Pouillon
  • “Dix-huit années avec Louis Kahn” August Komendant

 

J’avais noté depuis des lustres cette expo Le Corbusier à Pompidou, je m’en faisais une joie (et au fond de moi je m’étais préparée au martèlement des souvenirs), et puis il y a eu ce monde, cette foule, un ensemble de perturbations qui ont gêné ma religieuse visite du lieu…peut être. L’oeuvre est cependant “phenomenal” comme disait la horde d’Américains en visite et m’inspire un pèlerinage à Garches pour visualiser la Villa Stein devant laquelle j’ai dû passer un millier de fois.

I had carefully bookmarked this visit to the Le Corbusier exhibition at Pompidou, I was looking forward to see it (and I had prepared my soul to obvious memories), and then there was this crowd, I was suddenly invaded by this feeling of being bothered in the middle of the religious visit of the site…maybe. However, the masterpiece is “phenomenal” as others said et inspired me to return to Garches and locate that Villa Stein

IMG_6838

IMG_6843

Cap Martin, Le Cabanon, 1952, photographies Lucien Hervé

IMG_6850IMG_6851IMG_6853IMG_6854


 

Oui la Philharmonie est en cours de construction et si j’étais l’archi je serais effondré à juste titre de la voir inaugurée en l’état. Oui je comprends qu’il y ait polémique et non je ne saisis pas que le chantier soit ouvert à tout va. Dimanche incroyablement ensoleillé en ce 8 mars, la foule est là dans le parc de la Villette, elle se ballade glace à la main entre les œuvres de TschumiPortzamparc et maintenant Nouvel. L’immense édifice de la Philharmonie de Paris trône dans le fond du parc, derrière quelques barrières assiégées qui ne font pas le poids face à la multitude de curieux venus, comme moi, voir l’envers du décor. Plus je m’approche, plus de constate qu’il manque effectivement des pièces au puzzle de cette cathédrale musicale d’une complexité phénoménale. Je pense à ma première visite à la Cité de la Villette quand j’avais 10 ans, je pense que je suis en train de voir éclore un monument d’une beauté unique, je pense au travail, je revois les esquisses et je ressens l’émotion de l’imaginaire qui se trame pour concevoir ces grands ensembles. L’âme de l’architecte est bel est bien là dans cet enchevêtrement de ciment, de grillage, de plaques, d’acier, de gaines et de poutres. J’essaie de dépasser le sentiment d’injustice à voir le site éventré et je suis gagnée par l’intime respect de l’œuvre et l’envie d’en partager l’indescriptible richesse architecturale, au delà des polémiques et des avis divers. Prochain rendez-vous en septembre pour la visite de l’intérieur.

Yes, the « Philharmonie de Paris » is still a work in progress and if I were the architect I would be devastated that one could launch it officially as it stands now. Yes I understand it is a sensitive subject and no I don’t get it that the works are open to the crowd. Sunday afternoon, incredibly warm, a massive crowd is gathered at La Villette, eating ice creams in the middle of infrastructures made by TschumiPortzamparc and now Nouvel. The Philharmonie stands beside the Périphérique, behind mini barriers that invaders chose to get rid of to see how the place looks like. The closer I get, the more I understand that the massive building is missing many pieces. I think about my first visit in La Villette when I was 10, I think that I am a witness of this premiere work of art, I think about the incredible amount of work, I see the sketches and I feel some emotion driven by the non measurable imaginary that is needed to perform such a magical building. The architect soul is here, within cement, grilling, steel, electrical conduit and other structures. I try to go beyond this injustice feeling to leave the site completely open; I want to use this deep respect to share its amazing beauty, beyond critiques and opinions. More to come in September for the visit of the inside. 

Façade Sud, entrée aux salles d’expositions

DSCF1568

 Les oiseaux

DSCF1570

La terrasse – les feuilles métaliques qui constituent une partie de la toiture s’entremêlent comme le tressage d’un fauteuil en rotin, du moins c’est l’effet donné, leur fixation est bien plus complexe.  

DSCF1573DSCF1579IMG_6477

Terrasse façade Est – les feuilles métalliques ont un perforage progressif

DSCF1597DSCF1596DSCF1599Vers la façade Nord, côté périphérique

DSCF1602DSCF1605

Façade Ouest

DSCF1611Façade Sud – Entresol, pavement oiseaux, plafond ondulé

DSCF1616DSCF1615DSCF1621


L’inspiration est au détour d’un chemin, dans un salon, au travail, dans un café, une revue de déco. Elle nous prend quand l’esprit s’échappe et nous rappelle que c’est elle qui nous fait avancer dans les méandres de la vie. Au cours de la période, j’ai laissé mes yeux se perdre dans Pinterest, je me suis inscrite sur le fil d’Yves et Coco que je vénère, je suis allée tester des boutiques déco, j’ai erré chez Ikea après plus d’un an d’abstinence (je vais bien merci), j’ai piqué les idées de Bodie and Fou, j’ai tenté ma chance tous les jours sur le calendrier de l’avent de la Cité de l’Archi et j’ai shooté Gehry à Pompidou tout en me disant que j’aurais dû écouter la petite Moi qui à 7 ans voulait être architecte.

I find inspiration on my way, in someone’s living room, at work, in a café, in a magazine. It comes when our thoughts pass their way and it reminds us that it is what makes us move in one direction or another. For the past few months, I occupied my mind on Pinterest, I followed -and I am fond of- Yves et Coco, I tested several concept stores in Paris, I wounded around at Ikea after more than a year of abstinence (and I feel good thank you), I picked up ideas from Bodie and Fou, I took a chance on the Cité de l’architecture daily Xmas calendar and I shot Gehry at Pompidou saying to myself that I should have listened to the little girl that wanted to become an architect at the age of 7. 

Frank Gehry

IMG_6244IMG_6243IMG_6242IMG_6241


Une fois n’est pas coutume, j’ai envie de partager quelques splendeurs architecturales rencontrées lors de mon périple danois. Loin de moi l’idée de cocher l’ensemble des œuvres suggérées par le Wallpaper City Guide de Copenhague mais au gré du hasard, je suis tombée sur ces édifices remarquables qui apportent à Copenhague et à sa géographie étrange bâtie autour de canaux et de lacs, de rares jeux de couleurs et d’intéressantes prises de vue sur le thème du ciel et de l’eau.

Just for once, I want to share some interesting architectural buildings I found on my Danish trip. I did not want to tick box all recommended places of the Wallpaper city guide but from time to time, I found all these fascinating monuments on my journey. 

Dans l’ordre d’apparition de gauche à droite

La Bibliothèque royale, appelée Diamant Noir, est l’œuvre des architectes danois Morten Holm, Kim Holst Jensen, John E. Lassen et Morten Schmidt, achevée en 1999

Radisson SAS Royal Hotel, œuvre de Arne Jacobsen, achevée en 1960

L’Opéra de Copenhague est la création de Henning Larsen

La Banque nationale, œuvre également de Arne Jacobsen, reste inachevé à sa mort en 1971

La Danish Royal Playhouse a été conçue par le cabinet d’architectes danois Lundgaard & Tranberg. Le bâtiment a reçu un prix RIBA European Award en 2008 pour son architecture.

Archi

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s